HABEMUS CINE !

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Jeudi 9 avril à 20h au cinéma Le Français.

Chers amis,

Depuis quelques jours vous voyez fleurir dans vos paroisses du centre ville
de belles affiches jaunes et orangées, comme les premières pousses d'un
printemps qui s'annonce florissant.

Il s'agit de la promotion du film *States of Grace* que nous avons le
bonheur de pouvoir sortir exceptionnellement sur Bordeaux dans un cinéma du
centre-ville: le CGR *Le Français*.

Ce film sorti en 2013 est le premier long métrage d'un jeune réalisateur
américain (Destin Cretton), ancien éducateur dans un foyer pour
adolescents. C'est un film pour un large public à partir de 16 ans, qui a
fait l'unanimité dans toutes les salles où il a été projeté quand à la
justesse des personnages décrits.

Le réseau de diffusion de film *Habemus ciné!*, soutenu par la conférence
des évêques de France et le diocèse de Bordeaux, nous donne la
possibilité
de le projeter à nouveau, pour ce qui constituera une première soirée
ciné-rencontre au niveau local.

Il faut donc nous mobiliser tous sur cette date du *Jeudi 9 avril*, pour
que cette première soirée Habemus Ciné à Bordeaux, si riche en
intervenants, soit une réussite !!!

 

Christophe BERRANGER
Habemus Ciné! Bordeaux


http://www.habemus-cine.fr/saison/states-of-grace/

*Synopsis* : « Sensible et déterminée, Grace est à la tête d’un
foyer pour
adolescents en difficulté. Parmi les jeunes membres de son équipe,
diversement expérimentés, la solidarité et le bon esprit sont de mise.
Jusqu’à l’arrivée soudaine d’une fille tourmentée qui ignore les
règles du
centre et renvoie Grace à sa propre adolescence… pas si lointaine. »


*les meilleures critiques du film:*

*Le Point* (François-Guillaume Lorrain) *4*

"States of Grace" a presque toujours la grâce, une grâce qui circule comme
un fluide dans les couloirs de ce foyer. Avec délicatesse et émotion.

*L'Express* (Sandra Benedetti) *3*

Un premier film tout en délicatesse, réalisé par Destin Cretton qui sait
les subterfuges du désespoir et ces mains tendues vers les étoiles pour
avoir lui-même encadré des gosses abîmés.

*StudioCiné Live* (Laurent Djian)*3*
Un film coup de coeur, délicat et envoûtant, sur l'adolescence.

*Le JDD* (Stéphanie Belpêche)*3*
(...) du coeur, de la sincérité, de l’empathie pour des personnages
touchants, de l’amour, de la solidarité, de l’humanité et de
l’humour. On est emporté par le réalisme des situations, la fluidité de la narration et
la force de l’interprétation.

*20 Minutes* (Caroline Vié)*3*
En se penchant sur l’expérience de la jeune directrice d’un centre pour
ados en difficultés, le réalisateur séduit, émeut et fait sourire. Il
rend chaque spectateur proche de personnages décrits avec une grande justesse.

*Metro* (Mehdi Omaïs)*3*
Sans négliger ses personnages, Cretton filme avec son cœur, conte avec ses
tripes et réussit de fait l’impossible : transformer un sujet
douloureux en
feel-good movie.

*Le Figaro* (Marie-Noëlle Tranchant)*4*
Le réalisateur (...) raconte le combat d'une éducatrice d'enfants
maltraités, avec humour, émotion et une formidable énergie (...), le film
transmet toute la richesse de cette expérience humaine.

*Les Inrocks* (Théo Ribeton)*3*
Cretton recrée une vision d’enfance meurtrie mais triomphale, un instant
solaire à valeur de symbole. Et si le portrait de groupe qui suit est
remarquable, il est surtout couronné par l’éclatante Brie Larson, de
quasi
tous les plans, qui réussit avec ce rôle principal (le premier de sa
carrière) un joli baptême du feu.

*Télérama* (Frédéric Strauss)*3*
Une éducatrice révèle ses fêlures au contact d'une ado fragile. Le premier
film simple et touchant d'un réalisateur qui s'inspire de sa propre
expérience.

*Première * (Laura Meyer)*3*
C’est un tout petit film très touchant, miraculeux et fragile comme un
moineau tombé du nid. À l’image des jeunes dont il parle avec une douceur
réparatrice, States of Grace semble constamment sur le fil, prêt à se
briser, tout en nous offrant d’intenses moments de vie. À chacune des
maladresses de Destin Cretton (dont c’est le deuxième long métrage et le
premier distribué en France) répondent les moments de grâce promis par le
titre. Si le réalisateur prend le parti d’éviter le chantage affectif, on
vous met au défi de retenir vos larmes quand un pensionnaire se lance dans
un rap vengeur contre sa mère indigne ou quand le visage de
l’héroïne, à l’heure du dénouement, est frappé d’une émotion qui la stupéfie.
Illuminée par la générosité de l’épatante Brie Larson et par la fraîcheur du
reste du casting, cette fiction en mode mineur fait voeu d’optimisme face à la
tristesse d’être mal aimé par ceux qui vous ont mis au monde et la
difficulté d’aimer à son tour.


*Résumé STATES OF GRACE:*

*Réalisateur* : Destin Cretton

*Acteurs* : Brie Larson, John Gallagher Jr., Kaitlyn Dever

*Durée* : 96 minutes

*Bande originale* : Joel P. West

*Distinctions et récompenses* : Meilleur film aux Festivals International
de Locarno et de Los Angeles

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+