Un synode des jeunes en 2018!

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Le pape François a annoncé un synode des jeunes sur le thème du discernement vocationnel. Un synode ? Discernement vocationnel ? Kezako ?

Le mot synode vient du grec. Il est formé de odos (chemin) et sun (ensemble). Il signifie « faire route ensemble » mais également         « franchir un même seuil », « habiter ensemble », donc se réunir. Le synode (ou le concile) désigne dans l’Église une assemblée réunie pour délibérer et prendre des décisions en matière de doctrine ou de
discipline.

(Source : La Croix)

Concrètement, les jeunes du monde entier sont invités dans un premier temps à remplir un questionnaire précis pour donner leur point de vue sur la vie de l’église et la place des jeunes dans celle-ci. Nous vous encourageons à le faire très vite, vous avez jusqu’au 30 novembre!

                   => jeunescatho33.fr/synode2018

 

Des jeunes de tous les pays se rendront à Rome du 19 au 24
mars pour compléter le travail de préparation : « l’Eglise veut se mettre à l’écoute de la voix, de la sensibilité, de la foi, et également des doutes et des critiques des jeunes. Nous devons écouter les jeunes » (pape François). Enfin, à partir de ces travaux, les évêques du monde entier se réuniront en octobre 2018 pour élaborer de nouvelles pistes destinées à l’évangélisation.


Le thème peut te sembler déroutant, le discernement vocationnel ? Est-ce une grande opération de recrutement qui est en cours ? Dit comme cela, bien sûr que non ! On te rassure l’Église pense tout simplement que Dieu a un plan pour chacun de nous, un appel, une
vocation ; à chacun, il est dit « je t’ai choisi » et elle trouve trop bête que beaucoup d’entre nous ne disposent pas des bons moyens pour orienter sa vie.


Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis, afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure (Jn 15, 16).


Cette parole du Christ, elle sera au cœur de nos différentes propositions tout au long de cette année (temps forts des Rameaux, pèlerinages...) car notre mission est de t’aider à porter le fruit que le Seigneur attend de toi.

 

Par ailleurs je voudrais vous inviter à faire cette marche, cette route vers le Synode et vers Panama, à la faire avec joie, à la faire avec vos inspirations, sans peur, sans honte, à la faire courageusement. Il faut du courage. Chercher à prendre la beauté dans les petites choses, (...) : la prendre, ne pas perdre cela. Remercier pour ce que tu es : « Je suis ainsi : merci ! ».
Bien souvent, dans la vie, nous perdons du temps à nous demander : « Que suis-je ? ». Mais tu peux te demander qui tu es et passer toute ta vie en cherchant qui tu es. Demande toi : « Pour qui suis-je ? ». Comme la Sainte Vierge, qui a été capable de se demander : « Pour qui, pour quelle personne suis-je, en ce moment ? » (...) Pour qui suis-je, et non qui suis-je : cela vient après, si c’est une demande qu’on doit faire, mais avant
tout pourquoi faire un travail, un travail de toute une vie, un travail qui te fait penser, qui te fait sentir, qui te met en action. Les trois langages : le langage de la pensée, le langage du cœur et le langage des mains. Aller toujours de l’avant.

(Pape François)

 

 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+